Published On: mar, Mai 8th, 2018

Affaire Scott Pruitt: démissions en cascade à l’EPA après les révélations sur le Maroc

Les dernières révélations fracassantes sur une éventuelle collusion entre le patron de l’agence de protection de l’environnement américaine (EPA), Scott Pruitt, et le Maroc, a suscité une vague d’indignation aux Etats-Unis poussant plusieurs hauts cadres de cette agence fédérale à remettre leurs démissions.

Affaire Scott Pruitt: démissions en cascade à l'EPA après les révélations sur le Maroc 2

L’affaire engageant le bras armé en matière d’environnement du président Trump, a pris ces derniers jours une tournure explosive après des révélations sur les détails de sa visite suspecte au Maroc, arrangée par un lobbyiste recruté par l’ambassade du Maroc à Washington.

Pruitt déjà sur la sellette en raison de son train de dépenses élevé, est accusé “de servir des intérêts diplomatiques marocains”.

Le camp démocrate pointe du doigt le rôle troublant du lobbyiste, Richard Smotkin, qui a accompagné le patron de l’EPA lors de ce déplacement de quatre jours à Rabat où il a eu à discuter de projets de GNL (gaz naturel liquéfié) avec des responsables du gouvernement marocain.

L’inquiétude vient du fait qu’un lobbyiste rémunéré par un gouvernement étranger puisse fixer l’agenda d’une visite officielle et inciter un haut fonctionnaire américain à s’engager sur des dossiers qui n’entrent pas dans le cadre de ses missions.

La semaine dernière, quatre hauts responsables au sein de l’EPA, dont des collaborateurs proches de Scott Pruitt ont remis leurs démissions, selon la gazette du Congrès The Hill.

C’est tout simplement une esquive destinée à se retirer d’un mauvais pas, écrit en substance le quotidien américain. Le scandale sur les dépenses faramineuses du patron de l’EPA, a atteint un point critique après les suspicions de collusion avec un gouvernement étranger.

Mardi dernier l’EPA a enregistré le départ de deux cadres. Pasquale Perrotta, le responsable de la sécurité de Pruitt et Albert Kelly qui dirige le programme “Superfund” de l’agence américaine.



Pasquale Perotta a annoncé son départ la veille d’une audition programmée par la Chambre des représentants pour examiner la situation à l’EPA. Il a déclaré qu’il quittait l’Agence fédérale car la couverture médiatique de ce scandale a énormément affecté sa famille.

Perrotta est accusé, entre autres, de trafic d’influence dans l’octroi de contrats de sécurité.

 

-Les nouvelles révélations sur le Maroc enfoncent Pruitt-

 

Deux jours après ces deux démissions, la responsable des relations publiques de l’EPA, Liz Bowman, a annoncé qu’elle quittait l’agence pour rejoindre l’équipe de communication du sénateur Joni Ernest au Capitol Hill.

Liz Bowman qui s’est abstenue de motiver sa décision a déclaré qu’il était “temps de partir”. Vendredi c’était au tour de l’attaché de presse de l’EPA, John Konkus, de démissionner.

Depuis l’audition de Scott Pruitt par le Congrès en avril, ” l’EPA fait face à un nouvelle avalanche de manchettes négatives. Les rapports ont largement affirmé que les collaborateurs politiques de Pruitt avaient programmé plusieurs voyages à l’étranger pour l’administrateur de l’EPA avec l’aide de lobbyistes et de consultants qui avaient des intérêts commerciaux à l’étranger” , souligne The Hill en référence à l’affaire de collusion avec le Maroc.

Pour rappel, le lobbyiste Richard Smotkin qui a fixé une partie de l’agenda de la visite officielle du patron de l’EPA à Rabat a été récompensé pour services rendus par l’ambassade du Maroc à Washington par une rémunération mensuelle de 40.000 dollars. L’ambassade lui avait confié la mission de promouvoir les intérêts économiques et culturels du royaume aux Etats-Unis.

De nombreux détails de ce voyage sont restés secrets en particulier ceux concernant le rôle inhabituel de Smotkin dans cette visite officielle, selon le Washington Post qui a révélé que les discussions à Rabat ont tourné autour d’un projet portant sur la construction d’un terminal gazier au Maroc.

Les discussions sur les ventes de gaz est une mission relevant des prérogatives du département de l’Energie américain et ne concerne en aucun cas l’administrateur de l’EPA, ont affirmé les sénateurs démocrates,Tom carper et Sheldon Whitehouse, dans un communiqué conjoint.

“Cela montre, à tout le moins, une énorme négligence et cela soulève des questions d’éthique entre Smotkin et Pruitt”, avait dénoncé Larry Noble, directeur principal de “Campaign Legal Center”, une association de Washington qui milite pour plus de transparence dans le financement électoral et porte plainte contre les groupes suspectés de fraude.

Face aux suspicions qui entourent cette visite, le camp démocrate au Sénat a demandé un audit sur le coût et l’objectif de ce voyage qui a coûté plus de 100.000 dollars au contribuable américain.

About the Author

- A Computer Science Engineer learn and sharetraining who have technology trends, Not a geek but an interest-driven person. Never works under pressure 'cause music is the best friend of him.

Leave a comment

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>