Published On: ven, Juin 13th, 2014

Procès Khalifa en France : De nouvelles révélations enfoncent le principal accusé

Procès Khalifa en France : De nouvelles révélations enfoncent le principal accusé

Ouvert le 2 juin le procès public du fondateur du groupe Khalifa, Abdelmouène Rafik Khalifa, pour « abus de confiance, détournement de fonds et banqueroute », se poursuit au Tribunal de grande instance de Nanterre (Hauts de-Seine), en l’absence du principal accusé, incarcéré en Algérie. Il est poursuivi en France du fait que Khalifa Airways et Khalifa Rent a Car (deux entreprises de son groupe) étaient implantées à Puteaux (Hauts-de-Seine).

Le volet français de l‘affaire a commencé en juillet 2003, lorsque tous les ordinateurs de Khalifa Airways ont disparu des locaux de Puteaux, alors que la société venait d‘être placée en liquidation judiciaire. C‘est l‘ancien directeur commercial de Khalifa Airways, et son représentant légal en France, Noël Brandela qui a été appelé cette fois-ci à la barre par le juge Siredey-Garnier Fabienne qui l‘a interrogé sur les achats des appartements luxueux par l‘entreprise Khalifa Airways dans plusieurs quartiers huppés de la capitale française.

La juge a alors exigé des détails sur la manière avec laquelle ces appartements ont été payés et si des sorties d‘argent aussi importantes de la comptabilité, ne l‘avaient pas intrigué, lui qui prétend, ignorer tout des transactions avec les bailleurs. Selon lui, c‘est Khalifa lui-même, qui retirait l‘argent des caisses du groupe, qui traitait directement avec les bailleurs pour choisir les appartements qui étaient mis à la disposition de quelques membres de son personnel « pour leurs bons et loyaux services ».

C‘est ainsi que la prévenue Hadrog Sakina Taous, épouse Taïbi, directrice générale de la maintenance dans l‘entreprise Khalifa Airways, a eu à s‘expliquer sur les multiples virements dont elle a bénéficié de la part de Rafik Khelifa ainsi que sur l‘acquisition d‘un appartement de 240 m2 dans le XVIe arrondissement de Paris, d‘une valeur de 1,351 millions d‘euros, alors que selon ses dires, son salaire ne dépassait pas 2.000 euros. Parmi les prévenus, appelés à la barre, il y avait également Mohamed Chachoua,

ancien homme de confiance d‘Abdelmouméne Rafik Khalifa et son représentant en France soupçonné d‘avoir fait disparaître une partie du parc Khalifa rent Car (KRC) en envoyant 5 Mercedes à Londres à l‘attention de son patron, en vendant certains modèles pour 50.000 euros pour « payer les salariés », dit-il, ou pour « indemniser » d‘anciens collaborateurs. Le procès, qui se poursuivra jusqu‘au 21 juin, verra défiler à la barre, quelque 9 accusés sur les 12 convoqués, le principal étant incarcéré en Algérie,

un cas d‘empêchement pour maladie d‘un accusé et le décès d‘un autre ayant réduit le nombre des prévenus. Le juge aura encore deux semaines pour démêler l‘écheveau des transferts d‘argent et déterminer la responsabilité de chacun dans les détournements portant sur plusieurs dizaines de millions d‘euros. Abdelmoumène Rafik Khalifa est détenu depuis cinq mois en Algérie après que Londres, où il s‘était réfugié, ait permis son extradition.

Il avait été condamné en 2007 par contumace à la prison à vie pour « association de malfaiteurs, escroquerie, faux », après faillite de son groupe. Concernant la possibilité d‘extradition d‘Abdelmoumène Rafik Khalifa pour être jugé en France, le ministre de la Justice, Tayeb Louh, a récemment déclaré que « l‘Algérie n‘extrade pas les citoyens algériens pour qu‘ils soient jugés à l‘étranger, conformément à la loi, notamment l‘article 698 du Code de procédure pénale ».

Par : RACIM NIDAL

 

About the Author

- Elkhadra presse Algérie magazine Elkhadra. actualité

Leave a comment

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>