Published On: dim, Jan 26th, 2014

Santé : L’équithérapie pour traiter certaines pathologies

L’agence de développement social, représentée par son directeur régional, monsieur Cheikhi Baghdad, et en présence de son PDG,  a signé une convention cadre avec le rectorat de l’université Abderahmane Ibn-Khaldoun de Tiaret, une convention-cadre pour élaborer des stratégies devant permettre aux étudiants de diversifier leurs réflexions axées sur le social et une autre similaire avec le directeur de la jumenterie «Chaou-Chaoua» pour que «l’équithérapie», ou méthode utilisée ailleurs pour soulager certaines pathologies chez l’enfant, soit dorénavant pratiquée.

Jusque-là inexistante dans le jargon médical, l’équithérapie a été, disent les organisateurs, en vogue depuis une dizaine d’années en Europe et plus précisément en France où ce genre d’exercices est pratiqué et dont les résultats seraient avérés. Selon monsieur Mohamed Fouad Rachedi, «l’idée de pratiquer l’équithérapie lui est venue à la suite d’un court séjour à la jumenterie de Tiaret et celui effectué dans la ville de Sidi Bel Abbès pour s’ensuivre une visite d’une délégation de jeunes handicapés où ils ont eu droit à monter des chevaux, les palper : le résultat a été probant puisque nos jeunots ont été à la fois subjugués mais aussi soulagés après cette séance qui les a fait tremper dans une ambiance inédite».

Le comportement des enfants s’est nettement amélioré, d’où la décision d’engager une réflexion autour de la nécessité de «ramener des groupes de différents centres psychopédagogiques vers ce centre» où cheval rime avec fragrance d’évasion.
La rencontre à laquelle a assisté le secrétaire général de la wilaya représentant le wali a été une occasion pour les autorités «d’encourager toutes les actions visant le bien-être des enfants et le développement de la recherche à l’université», d’autant, dira monsieur Maachou Kouider, que «l’Etat consent beaucoup d’efforts pour mettre à disposition des étudiants des équipements adéquats» et, s’agissant de la jumenterie, il n’a pas omis de signaler que «les travaux de la zone d’extension touristique sont en cours d’élaboration pour en faire une destination privilégiée».

Saisissant l’occasion, monsieur Rachedi a fait, lui, état de «la visite prochaine d’une délégation de praticiens de la wilaya de Ghardaïa à Tiaret pour s’imprégner de visu du site où est implantée la jumenterie qui dispose d’un important parc équin». Cette dernière va devoir souffler un peu financièrement puisque l’ADS se charge des dépenses que génère la mise en route de cette coopération.                    

About the Author

- Elkhadra presse Algérie magazine Elkhadra. actualité

Leave a comment

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>