Published On: sam, Juin 15th, 2019

Haris Belkebla : «J’ai déçu ma famille»

Haris Belkebla, écarté de la sélection algérienne suite à un «comportement inapproprié», va rater la CAN en Egypte. En exclusivité pour France Football, il revient sur cet épisode douloureux.

Haris Belkebla est là, encore marqué, mais courageux. Il est 15h30, le rendez-vous est honoré dans les bureaux de Classico, l’agence qui le représente. A 25 ans, avec son parcours professionnel heurté, ce travailleur de l’ombre touchait (enfin) à son but. Promu avec Brest, il va découvrir la L1, la saison prochaine. Il espérait aussi réaliser son rêve d’enfance, et celui des siens, en disputant cet été, la CAN avec l’Algérie. Il n’en sera rien. En fin de journée ce mardi 11 juin, le ciel lui est tombé sur la tête… Le milieu de Brest a été écarté de la sélection algérienne pour avoir montré ses fesses lors d’une vidéo diffusée en direct sur le réseau social Twitch. Pour FF, il a accepté de revenir sur l’affaire.
«Après ce que vous venez de vivre ces derniers jours, quels sont les sentiments qui vous habitent ?
Ca va un peu mieux. Depuis que je suis rentré, ca m’a fait du bien de voir ma famille, et d’échanger avec mon entourage.

Un sentiment de cauchemar éveillé ?
Il y a évidemment une vraie déception vis-à-vis de moi-même. Cette CAN, je vais la rater. C’est un peu un cauchemar. Cela aurait pu être un super tremplin. Mais au fond, le plus dur, c’est que j’ai déçu ma famille, et les gens qui étaient heureux de me voir en Egypte avec l’Algérie. Et puis aussi d’avoir déçu le peuple algérien par ce comportement inapproprié.

«Cette CAN, je vais la rater. C’est un peu un cauchemar»

Quand on fait face à une telle tempête, qu’est-ce qui est le plus difficile : rater la CAN ou affronter le regard de ses proches ?
C’est un tout. Oui, tout le monde était fier de moi. C’est terrible de les décevoir. Et à côté de cela, on a aussi le sentiment d’un peu salir son nom de famille. Le regard des siens, c’est important. Donc c’est une accumulation, il y a une déception sportive et familiale. Je suis dans une période difficile. Il faut être fort.

Racontez-nous ce qu’il s’est passé ?
Comme on a pu le voir sur les vidéos qui ont circulé : mon gardien était en train de jouer à son jeu en réseau. Il ne m’a pas prévenu qu’il était en train de faire un direct. J’ai fait les erreurs qu’on a pu voir.

«Et là, en allumant mon portable, j’ai pris conscience de la situation. Cela a été un déferlement…»
Lors de ce live, à la différence de Serge Aurier, vous n’insultez personne. Avec un peu de recul, ressentez-vous une forme d’injustice ou un manque de tolérance ?
J’ai fait une erreur. Quand on porte le maillot algérien, les choses ont une portée bien différente, bien plus forte. On représente des millions de personnes. Il y a un comportement inapproprié de ma part. Cet écart, dans un autre contexte, serait peut-être passé inaperçu. Là, c’est une nation et son image, c’est donc compréhensible que je sois sanctionné.

Comment avez-vous appris que ces images étaient en train de faire le buzz sur les réseaux sociaux ?
J’ai compris cela à la fin du match amical entre l’Algérie et le Burundi. Dans la douche, j’ai un coéquipier qui est venu me voir pour m’expliquer qu’il y avait un gros problème autour de moi. Je ne comprenais pas parce que jusqu’à là, tout se passait remarquablement bien en sélection. Il m’a ensuite expliqué la situation dans le bus. Et là, en allumant mon portable, j’ai pris conscience de la situation. Cela a été un déferlement…

Comment avez-vous réagi ?
Tout de suite, j’ai voulu aller voir le coach Djamel Belmadi pour m’excuser. Mais les cadres de l’équipe (Mahrez, Brahimi, M’Bolhi, Guedioura, Feghouli) m’ont conseillé d’attendre car à chaud, ce n’est jamais le meilleur moment. Ils sont allés voir le sélectionneur pour essayer d’arranger les choses. Mais, en vain…

«J’ai reçu beaucoup de soutien de la part de mes coéquipiers. Ils m’ont dit qu’ils seraient là pour moi du début jusqu’à la fin»
Que vous a dit Djamel Belmadi ?
Il m’a dit que sur le coup, il était super fâché. Après, il m’a dit qu’on était tous humains, et qu’on faisait des erreurs. Il m’a expliqué qu’il ne pouvait pas me conserver au sein du groupe avec ce qu’il venait de se passer.

Quelle a été la réaction des autres Fennecs ?
Ils m’ont dit qu’ils avaient essayé mais… J’ai reçu beaucoup de soutien de la part de mes coéquipiers. Ils m’ont dit qu’ils seraient là pour moi du début jusqu’à la fin. Ils m’ont dit de faire face, et de garder la tête haute. Logiquement, ils m’ont dit que ça allait être un peu compliqué les prochains jours. Ce réconfort m’a touché. Et là, depuis que je suis en France, je suis avec eux au téléphone. Ce sont des bons gars.

Espérez-vous revenir en sélection algérienne ?
Je vais tout faire sur le terrain pour prouver que je le mérite, et reconquérir le coeur des Algériens. Ce qu’il s’est passé, cela restera gravé à vie. Mais voilà, il faut que je me concentre sur mes objectifs. J’ai envie de montrer aux gens que j’ai fait une erreur mais que j’ai toujours été fort dans ma tête depuis que je suis enfant. J’ai présenté mes excuses, j’espère que le peuple algérien va comprendre ma déception, et accepter mes regrets.

Cela passe par des bonnes performances avec Brest en L1 ?
Oui, je vais faire ce que j’ai toujours fait. Comme toujours au service du collectif, je vais bosser en silence, dans l’ombre, et je vais tout donner.

Après cette séquence difficile, que peut-on vous souhaiter ?
Une belle saison avec Brest, un retour en sélection, et puis j’espère que tout va s’arranger avec ma famille…»

france football

About the Author

- A Computer Science Engineer learn and sharetraining who have technology trends, Not a geek but an interest-driven person. Never works under pressure 'cause music is the best friend of him.

Displaying 1 Comments
Have Your Say
  1. عبدالسلام dit :

    4444

Leave a comment

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>