Published On: lun, Avr 20th, 2020

Le Maroc demeure la puissance occupante de la dernière colonie en Afrique

Le représentant du Front Polisario auprès des Nations unies, Sidi Mohamed Omar, a soutenu que toutes les organisations internationales, politique et juridique, ont affirmé qu’il n’y a aucun lien de souveraineté territoriale entre le Sahara occidental et le Maroc qui demeure la puissance occupante de cette dernière colonie en Afrique.

Dans un texte publié par l’Agence de presse sahraouie (SPS), intitulé : “Déconstruire les allégations de propagande marocaine sur le Sahara occidental”, le diplomate sahraoui est revenu sur une déclaration de l’ambassade du Maroc en Afrique du Sud, relayée par l’agence de presse MAP au lendemain de la déclaration de Pretoria qui a réaffirmé son soutien à l’exercice du peuple sahraoui de son droit à l’autodétermination.

“L’approche de l’Afrique du Sud sur le Sahara occidental est guidée par la position de l’Union africaine, qui a toujours soutenu l’autodétermination du peuple du Sahara occidental, conformément aux décisions pertinentes de l’UA et aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies”, avait soutenu le ministère sud-africain des Affaires étrangères et de la coopération internationale, dans un communiqué.

“Les contenues de la déclaration de l’ambassade du Maroc en Afrique du Sud, relayée par la MAP, sont à déconstruire point par point”, a souligné M. Sidi Omar, dans sa contribution, rappelant d’emblée qu'”Il est incontestable que le Sahara occidental a été inscrit à l’ordre du jour de l’Assemblée générale des Nations Unies et, par conséquent, à l’ordre du jour de la Quatrième Commission et du Comité spécial de l’AG de l’ONU sur la décolonisation (C-24), depuis 1963 en tant que territoire non autonome auquel s’applique la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance des pays et des peuples coloniaux (résolution 1514 (XV) de l’Assemblée, du 14 décembre 1960), comme expressément établi dans toutes les résolutions de l’Assemblée générale”.

“En réponse à la soi-disant marche verte par laquelle le Maroc a commencé son offensive expansionniste contre le Sahara occidental, le 6 novembre 1975, le Conseil de sécurité des Nations unies (CSNU) a adopté à l’unanimité la résolution 380 (1975) du que le CSNU, dans les paragraphes du dispositif, “1. regrette la célébration de la marche, 2. Lance un appel au Maroc pour qu’il retire immédiatement tous les participants à la marche du territoire du Sahara occidental”, a encore appelé le diplomate sahraoui.

“Pourquoi le Conseil de sécurité a-t-il demandé au Maroc de retirer immédiatement sa marche du territoire du Sahara occidental et aurait-il agi de cette manière s’il avait reconnu les prétentions du Maroc sur le territoire?”, s’est interrogé M. Sidi Omar. “La réponse est simple, affirme-t-il, le CSNU a appelé le Maroc à retirer tous les participants à la marche du Sahara occidental car les manifestants marocains ont violé la frontière du Sahara occidental et sont entrés illégalement sur le territoire étranger, comme l’a souligné le représentant espagnol lors de la session du CSNU”.

Au paragraphe 6 du dispositif de la même résolution, le diplomate relevé que a l’AG de l’ONU “appelle le Maroc à rejoindre le processus de paix et à mettre fin à son occupation du territoire du Sahara occidental”.

 

Le Maroc, puissance occupante

 

Le Maroc “ne peut être autre chose qu’une puissance occupante au Sahara occidental malgré les efforts du régime marocain et de ses apologistes pour convaincre la communauté internationale du contraire”, a encore souligné M. Sidi Omar. Par conséquent, lorsque l’Afrique du Sud et de nombreux pays, organisations et individus dans le monde décrivent le Sahara occidental comme “la dernière colonie en Afrique”, ils affirment simplement un fait établi.

“La déclaration marocaine dénature clairement l’avis consultatif de la Cour internationale de Justice (CIJ) sur le Sahara occidental du 16 octobre 1975 en recourant à une lecture sélective et à une interprétation réductrice de la peine”, a soutenu M. Sid Omar, soulignant que “le régime marocain et ses apologistes citent souvent l’avis consultatif de la CIJ comme base juridique et soutiennent leur cas, ce qui rend important de souligner les principales conclusions de la décision”.

En fait, rappelle le diplomate sahraoui, la CIJ a noté dans son avis que “par conséquent, même en tenant compte de la structure spécifique de l’Etat chérifien, les éléments examinés jusqu’à présent n’établissent aucun lien de souveraineté territoriale entre le Sahara occidental et cet Etat”.

Pour conclure son raisonnement juridique sur la question à l’examen, M. Sidi Omar, a indiqué que la CIJ établit clairement, au paragraphe 162, que “la conclusion de la Cour est que les documents et informations qui lui sont présentés n’établissent aucun lien de souveraineté territoriale entre le territoire du  Sahara occidental et le Royaume du Maroc ou l’entité mauritanienne. Par conséquent, la Cour n’a pas trouvé de liens juridiques de cette nature susceptibles d’affecter l’application de la résolution 1514 (XV) de l’Assemblée générale dans la décolonisation du Sahara occidental et, en particulier, le principe de l’autodétermination par l’expression libre et authentique de la volonté des peuples du territoire”.

En résumé, insiste le diplomate sahraoui, la déclaration marocaine dénature clairement la décision de la CIJ qui était sans équivoque, en ce qui concerne (a) le déni de tout lien de souveraineté territoriale entre le Maroc et la Mauritanie et le Sahara occidental et (b) le soutien à la décolonisation du territoire sur la base du principe d’autodétermination exercé par l’expression libre et authentique de la volonté de son peuple.

“Ce principe reste l’épine dorsale des efforts continus des Nations Unies pour résoudre le conflit au Sahara occidental”, a souligné M. Sidi Omar.

 

L’UA, un partenaire à part entière de l’ONU

 

Abordant le rôle de l’Union africaine dans la résolution du conflit au Sahara occidental, dernière colonie en Afrique, le diplomate a expliqué que “l’ONU comprend 193 Etats membres et leurs déclarations sur la question du Sahara occidental, tant à l’AG qu’à sa Quatrième Commission, sont là pour tous. En aucun cas ces déclarations n’indiquent une opinion majoritaire en faveur de ce qu’affirme la déclaration marocaine”.

“Nulle part dans la décision 693, l’UA ne parle de l’exclusivité du processus des Nations Unies” par rapport à la question du Sahara occidental car, souligne-t-il, en tant qu’organisation régionale, “l’UA est responsable de la promotion de la paix, de la sécurité et de la stabilité sur le continent conformément à la loi constitutionnelle de l’UA et à la Charte des Nations Unies (chapitre VIII)”.

A cet égard, explique le diplomate, le droit constitutif de l’UA établit comme principe fondamental de l’Union “le règlement pacifique des conflits entre les Etats membres de l’Union par les moyens appropriés que l’Assemblée décide” (article 4 (e)). “L’UA continue également d’être un partenaire à part entière de l’ONU et garant de la mise en œuvre du plan de règlement ONU-OUA de 1991, qui a été accepté par les deux parties, le Front Polisario et le Maroc, et approuvé par le Conseil de sécurité et l’AG”, insiste-t-il.

About the Author

- A Computer Science Engineer learn and sharetraining who have technology trends, Not a geek but an interest-driven person. Never works under pressure 'cause music is the best friend of him.

Leave a comment

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>